• Philippe BRAMI

Sortir de sa zone de confort...ou entrer dans sa zone de sécurité ?

Dernière mise à jour : 21 juil.


On rencontre régulièrement la croyance selon laquelle il faudrait « sortir de notre zone de confort » pour progresser ou s’exprimer de façon créative.


Je propose dans cet article de revisiter ce concept de "zone de confort"...Ce concept n'est -il pas trop ...confortable !


Et si au contraire nous pouvions entrer dans notre "zone de sécurité affective" pour nous exprimer plus librement.

L’expression authentique est-elle compatible avec l’effort, la tension ou le risque ?

Personnellement, je préfère la fluidité, l’échange, la liberté...Qu'en est-il exactement ?




L'approche exigeante et l'approche bienveillante

Régulièrement sur internet ou sur les réseaux sociaux, nombre de propositions de développement personnel nous promettent de changer pour une vie meilleure.

Ces propositions s'appuient schématiquement sur deux types d'approches :

- L'approche bienveillante qui valorise le cocooning et la sécurité.

- L'approche exigeante qui valorise plutôt l'effort et la discipline.

Je ne parlerai pas de l'approche bienveillante, qui a nettement ma préférence, même si le concept de bienveillance, très en vogue en ce moment, est de plus en plus dévoyé ou mal compris.


Sortir de notre zone de confort : un slogan habituel

L'approche exigeante est nettement la plus répandue pour obtenir un changement rapide, que chacun souhaite dans notre société de la performance.

Ainsi, pour réguler son poids, le régime s'appuie sur la discipline; pour améliorer nos performances sportives ou scolaires, il faut s'entrainer encore et encore ; pour réaliser des progrès comportementaux, nous sommes invités à "sortir de notre zone de confort".

L'hypothèse sous-jacente est qu'il est nécessaire de nous secouer, de nous mettre la pression pour pouvoir changer. Cela véhicule l'image que le changement est difficile, qu'il se fait dans l'effort, voire dans la douleur.

Personnellement, ce n'est pas le genre d'arguments de nature à me motiver !


Les recettes de la performance (mal)appliquées au développement personnel

Tout naturellement, les recettes de la recherche de la performance, sportive ou autre, ont été appliquées au développement personnel.

Or, le changement comportemental est plus subtil qu'une simple mobilisation.

Changer nécessite de mettre en lumière des croyances, arbitrer entre des valeurs parfois en conflit, affronter des peurs, intégrer des parts insécurisées de nous-mêmes qui se sont mises en retrait etc.

C'est la raison pour laquelle il est souvent plus aisé d'améliorer ses performances dans un domaine que de changer son rapport à l'alimentation, par exemple.

Explorons donc le concept de "zone de confort" pour nous y retrouver.


Le concept de zone de confort

Le concept se base sur une expérience en psychologie menée en 1908 par Robert M. Yerkes et John D. Dodson. L'hypothèse est que nous aurions besoin de nous trouver dans un léger état d'anxiété ou de pression pour être motivé...

Le rendement ou la performance d'un être humain serait directement lié à l'excitation que procure le dépassement de soi.

Se mettre dans un état de stress léger pour nous motiver...Belle idée !

Il semble que les professionnels du management aient usé ou abusé de ce concept, qui est d'ailleurs largement enseigné actuellement.


Voici le schéma classique qui préconise de sortir de sa zone de confort pour traverser la zone de peur et accéder à la zone d'apprentissage, nécessaire au changement.

Cela toutefois, sans entrer dans la zone de danger.


Différence entre performance d'un être humain et son expression authentique.

Le rendement ou la performance d'un être humain est tout à fait différent de son expression authentique.

Or en matière de développement de soi, l'idée est plutôt d'aller vers des comportements authentiques. Et c'est là toute la différence.

Rendre les individus productifs n'est pas le même objectif que leur permettre d'exprimer leur potentiel et leurs talents.

Dans le premier cas, nous sommes dans l'optimisation opérationnelle, dans le second, nous sommes dans le développement de soi.

Dans le premier cas, nous visons des résultats définis au moyen d'objectifs, dans le second cas, nous visons un changement qualitatif, concret, observable, perceptible de l'intérieur, mais non réductible à un objectif quantifiable.

Je peux ressentir davantage de confiance en moi, mais il est difficile de prévoir par quel chemin je vais parvenir à progresser.

L'optimisation opérationnelle porte le focus sur le résultat visé, le développement de soi se centre sur le chemin par lequel l'individu se développe.


Récemment, il y a de plus en plus une recherche de convergence entre désir de réussite professionnelle et développement de soi.

Il devient chaque jour plus évident que la coopération, le management participatif et le bien-être au travail sont nécessaires à l'expression personnelle du potentiel de chacun, qui est une condition pour des résultats durables et satisfaisants pour tous.

Ceci dit, plus que jamais, le slogan "Sortir de sa zone de confort" reste omniprésent dans le langage courant comme dans les promesses des acteurs du développement personnel.

Du repli sur soi à la sécurité

Je pense que le terme confort est pris ici dans le sens de passivité, démobilisation...En tout cas, un état dans lequel nous ne sommes pas très dynamique, ni ouvert sur le monde.


L'hypothèse de Carl Rogers est que nous sommes naturellement porté vers l'épanouissement, le développement dès que nous nous sentons accueilli, écouté, en confiance.


Ainsi, tant que la sécurité affective n'est pas présente, nous mettons en jeu des mécanismes internes pour nous protéger : repli sur soi, moquerie, dénigrement, agressivité...

Schématiquement, nous prenons la fuite ou entrons en conflit.


(Re)trouver la sécurité affective

Pour retrouver la sécurité affective, nous pouvons alors, à un moment ou à un autre, reconnaitre notre réticence, puis affronter notre peur. Nous aurons ensuite à affronter nos doutes concernant nous-même ou notre entourage.

Pour retrouver la sécurité affective, les 3 étapes sont donc :

1. Cesser de lutter ou de fuir; ce qui n'est pas toujours facile.

2. Affronter ses craintes

3. Traiter ses doutes.


A partir d'une situation de stress, l'individu va donc devoir traverser les zones de fuite, de crainte, de doute pour entrer dans sa zone de sécurité affective.

Créer une atmosphère de sécurité est largement plus efficace que "mettre la pression".Jusqu'au moment où nous commençons à sortir de notre mécanisme de protection.


Lorsqu'il n'y a plus ni évitement, conflit, peurs, doutes, nous sommes dans un état de sécurité affective. Un état pas très spectaculaire, très simple, en fait.


Chacun de nous est dans cet état de sécurité plus ou moins régulièrement.

Les différentes zones dans lesquelles nous nous trouvons peuvent se schématiser ainsi.



Pour le développement de soi, la zone de sécurité affective

La question est : dans quel état dois-je me trouver pour m'exprimer librement, exposer ma vérité, oser ma fragilité, être à l'écoute de ce que je suis et ce que je veux vraiment ?


L'animation régulière de formations en entreprise et d'ateliers d'expression de soi me conduit à penser que c'est la sécurité affective qui ouvre à soi-même, puis aux autres.

Ainsi, j'observe que c'est une fois que nous sommes dans un état de sécurité affective que nous pouvons nous exprimer de façon fluide et "juste".


Dans le développement de soi, le but n'est pas simplement d'agir, de "se bouger", mais de bouger juste, de créer un mouvement juste qui part de soi, de "sa vérité".

Et pour cela, l'état de sécurité affective est nécessaire, ou en tout cas, préférable.

Cet état, contrairement à des idées reçues, n'est pas un état dans lequel on se suffit à soi-même ou un état proche de l'immobilité. Au contraire, en sécurité, nous avons envie d'aller plus loin.


De la sécurité à la jubilation

Plus une personne est à l'aise, confortable, plus elle va être curieuse et avoir envie d'aller explorer à l'extérieur. La curiosité peut se muer en enthousiasme qui à son tour peut se développer en jubilation.


Le schéma précédent laisse alors la place au schéma suivant :




Libérer notre enthousiasme

Une fois une sécurité affective plus ou moins (re)trouvée, la seconde condition de l'expérience est de libérer notre enthousiasme.

Faire naitre la curiosité, susciter l'espoir, sont les chemins qui vont mener à l'enthousiasme.

Celui-ci peut parfois se muer en jubilation dans laquelle l'action, le plaisir, la vivacité sont décuplés.

Pour se développer, sortir de sa zone de confort ou entrer dans sa zone de sécurité ?​

Le concept de zone de confort, issu d'une approche qui vise l'amélioration des performances n'est pas adapté au développement de la personne.

Nous devrions plutôt parler de "sortir des ornières de la passivité, de l'anesthésie, de la fuite".

Or justement, pour en sortir, il est nécessaire de :

1. sécuriser

2. provoquer l'espoir et l'enthousiasme




Un parti pris d'animation de mes ateliers pédagogiques : sécurité, jeu et enthousiasme

J'ai pris le parti d'animer mes formations et ateliers en plaçant la sécurité affective au centre, et de proposer des mises en actions dynamiques, ludiques, propres à susciter l'enthousiasme, et même la jubilation.

J'observe que les participants à mes ateliers, dans le climat bienveillant qui leur est offert, s'ouvrent rapidement à eux-mêmes et aux autres.

Le climat devient rapidement fluide et joyeux.

Après ce type d'expérience, les participants disent qu’ils se « lâchent" plus, tant "en salle" que dans la vie courante, et qu’ils sont plus à l’aise avec leurs émotions.

En bref : sortir de sa zone de confort ET entrer dans sa zone de sécurité

Pour conclure sur cette fameuse zone de confort, je dirais que la seule chose que je demande aux participants à mes ateliers, est de...sortir de chez eux !

Etre présent sur place est la seule condition qui leur est demandée.

Il faut parfois faire un certain effort pour cela, prendre une décision, un risque, un temps ("se libérer" comme on dit)... c'est "sortir de sa zone de confort" !


Pour la sécurité affective et l'enthousiasme, c'est à moi d'offrir un cadre, une attitude et des procédés permettant de les construire ou les soutenir.

Quand la sécurité et l'enthousiasme sont là, beaucoup de questions, doutes, craintes disparaissent, ce qui simplifie considérablement le travail.


Paradoxalement, c'est en s'écartant des idées simplistes liées à l'impératif de performance que nous arrivons à une simplicité.

Simplicité tellement sécurisante et à la fois porteuse d'ouverture au monde.

La douceur, la lenteur et l'humilité ne sont pas les ennemis de l'enthousiasme, bien au contraire, ce sont leurs plus précieux fondements.

C'est dans cet esprit que j'inscris ma pratique de l'accompagnement individuel et collectif.


Si donc, vous prenez librement la décision de participer à mes ateliers, quelque soit votre état, ce sera le bon pour travailler ensemble. Vous serez littéralement le bien-venu !


Pensez à partager cet article auprès des personnes potentiellement intéressées. 

 

Intéressé pour en savoir plus ?

Parlons-en ensemble !


Philippe Brami, Coach & Hypnothérapeute

Thérapie Brève, Hypnose Ericksonienne – PNL – RITMO

Coaching personnel & professionnel 2 adresses :

27, avenue de l’Opéra 75002 Paris

114 bis, avenue de Paris 94300 Vincennes


Tél : 06 81 76 90 89

Email : pbrami17@gmail.com

Prise de rendez-vous :

Doctolibhttps://www.doctolib.fr/hypnotherapeute/vincennes/philippe-brami


Rejoignez-moi et suivez-moi sur :

Facebookhttps://www.facebook.com/PhilippeBrami-hypnose-101450767940546

Linkedinhttps://www.linkedin.com/in/philippe-brami/


PRENDRE R.D.V.

41 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout